Ils.elles nous écrivent…

« Je travaille comme aide-soignante à mi-temps, avec des personnes âgées entre 65 et 99 ans, malade ou handicapées et j’ai 57 ans. Il y a eu trente pourcent de décès dans notre établissement. Je consacre un peu de mon temps pour accompagner les enfants de l’Ecole de Devoirs de Saint-Servais. La pandémie est arrivée brutalement et, du jour au lendemain, l’EDD a fermé ses portes également. C’était sinistre mais heureusement que la météo était ensoleillée. Grâce à un groupe fermé de l’EDD sur Facebook, on a reçu un peu de nouvelles et quelques photos. En septembre j’étais triste de ne pas recommencer car j’avais peur de contaminer à nouveau l’endroit où je travaillais et moi-même contracter la maladie. J’ai tout de même participé à la réunion et nous avons discuté des mesures sanitaires et du thème qui était vraiment sympa. C’était la nature, j’avais partagé avec eux une activité avec 1 animateur et les enfants apprenaient à construire des instruments nature. Puis, un jour de congé, je me suis dit "au diable la peur, de toute façon je garde mon masque et les enfants ne doivent pas être privé d’aide , il ne doivent pas en pâtir". J’étais vraiment contente de retrouver tout le monde et des nouveaux, c’était une bulle d’oxygène. Merci à tous. »
Marianne Capelle
Volontaire à l’EDD Le Gai Savoir à Saint-Servais
« Dès le premier jour de confinement je me suis dit : "Enfin, je reste à la maison. Je ne dois pas courir, je peux lire, écouter la musique sans penser à l'heure, ranger mes classeurs et mes caisses de matériel pour le bricolage." En commençant le rangement, mes pensées m'ont conduit à l'EDD des Zolos. "Ah ! Avec ceci, on pourrait faire ça ou bien ça"… Une fois devant la télé, mon regard est attiré par des petits oiseaux exotiques et j’imagine que Je suis dans notre jardin magique (EDD où tous les enfants sont devenus des colibris pour le bien de la terre) rempli de bruit, de rire de nos petits colibris. Notre équipe est comme un arbre où le tronc est notre merveilleuse coordinatrice et nous sommes des branches d'arbre où nos petits colibris peuvent se reposer, Ils peuvent se cacher de l'injustice, de l'agressivité, profiter des fleurs qui représentent notre amour pour eux. Un jour, nous nous retrouverons dans notre jardin magique, notre vie reprendra sa route, mais elle sera plus heureuse. »
Tatiana Lavrentieva
Volontaire à l'EDD Les Zolos à Fosses-la-Ville
« Septembre, les écoles primaires sont à nouveau ouvertes. Après quelques jours, le feu vert arrive pour notre EDD moyennant une importante préparation des locaux et la réorganisation des séances. L'envie de reprendre ce volontariat est bien présente mais elle est tempérée par les risques possibles et les précautions que l'on s'impose dans la vie de tous les jours. Classé par l'âge dans les tranches de population à risques, une visite chez le médecin permet d'évaluer ces risques et de recevoir, après avoir tout pesé, une attestation de reprise d'activité. A l'école de devoirs, l'organisation des périodes d'accueil, avec port du masque pour les adultes, respect des distances, groupes stables, désinfection des mains et du matériel, chaises individualisées, ... renforce grandement la sécurité sanitaire. C'est certain que la vie quotidienne a changé par rapport aux années précédentes avec toutes les précautions mises en place. Mais l'organisation est vraiment rassurante et l'important pour moi reste dans l'accueil et l'accompagnement des enfants. Et ce volet est toujours bien présent ! »​
​Jean-Luc
Volontaire à l’EDD Coup de Pouce de Basse-Enhaive
« Notre participation à l’école des devoirs est un engagement citoyen visant à favoriser, l’intégration, voire l’inclusion scolaire, à court terme, culturelle et sociale professionnelle à plus long terme. Solidaires en cela de l’ASBL Coquelicot et des enseignants. Nous sommes dans un état de santé qui nous permet, moyennant le respect des règles sanitaires, de continuer jusqu’ici notre engagement. Nous ne nous exposons pas négligemment. Il est certain que nous ne sommes pas tous égaux sur le plan de la santé, par conséquent nous ne portons aucun jugement. Sachant que la décision responsable de chacun protégera l’autre et évitera l’envahissement des services de santé et hôpitaux. Nous sommes rassurés par les dispositions et organisations mises en place par les responsables de l’asbl, respectant strictement les prescriptions légales et les faisant respecter. Disposition sur le plan matériel, aération des locaux, distanciation des tables, désinfection des différents objets et matériel, constitutions de groupe restreint d’enfants à accompagner, mise en place d’un horaire etc…. Sur le plan humain, nous constatons également que les familles et les enfants ont été informés de façon claire et qu’ils respectent scrupuleusement les consignes qui sont intégrées, et participent à leur mise place. Ces contacts se passent dans un climat serein dans l’éternelle bonne humeur des enfants, toujours motivés, et accueillants. Nous sommes admiratifs à l’égard des éducatrices encadrantes, accueillantes, compétentes, et responsables. Nous les en remercions. »
Monique et Jean-Luc
Volontaires à Asbl Coquelicot, EDD Saint-Nicolas
« Après avoir travaillé près de 30 ans dans un groupe financier international, j’ai décidé d’arrêter cette carrière professionnelle mais pour que faire ensuite ? Pour être auprès de mon mari, c’était évident. Pour m’occuper de ma famille, d’entretenir la maison et le jardin, de me faire plaisir, bien sûr. Mais j’avais surtout envie d’aider socialement les autres en tant que bénévole. Étant licenciée en mathématiques mais n’ayant jamais enseigné, je me suis naturellement tournée vers l’Ecole Des Devoirs (EDD). Cela fait un an et demi maintenant que j’ai rejoint l’EDD de Genappe pour les enfants de 6 à 12 ans. Quel plaisir de voir ses 15 petites têtes affamées pour le goûter , de partager certaines de leurs histoires vécues à l’école ou durant les vacances, de les accompagner pour quelques activités organisées par le Centre Culturel. Et quel bonheur de recevoir leurs dessins à la fin de la journée ! Mais c’est aussi , pour moi, très valorisant de les aider à faire leurs devoirs, d’expliquer parfois autrement pour vérifier les acquis, de vouloir leur donner l’envie d’apprendre ou du moins essayer. Bien sûr aussi, il y a les règles de la vie de tous les jours à faire respecter : attendre son tour, écouter l’autre qui parle, respecter les différences de l’autre, comprendre les règles d’un jeu pour ne pas tricher, apprendre à perdre, ranger ses propres affaires dans le cartable et ranger les jeux … sans oublier toutes les règles sanitaires indispensables dans le contexte actuel de la Covid19. L’Ecole Des Devoirs, c’est aussi faire partie d’une équipe d’animateurs. Nous donnons tous de notre temps bénévolement et faisons un maximum pour que tout se passe bien. C’est une belle occasion d’agrandir son cercle d’activités, de faire connaissance avec de nouveaux collaborateurs, de travailler avec eux , d’apprendre à les connaître, de respecter leurs méthodes . C’est tout simplement rester dans la vie active , avec des engagements et des responsabilités, avec des formations si l’on souhaite, mais sans toutes les contraintes de la carrière professionnelle. »
Marie-France
Volontaire à l'EDD Arc-en-Ciel de Genappe